Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 07:05
    Bonjour les amies et merci pour vos commentaires lors de mon dernier article, c'est toujours un ravissement de vous lire.
 
Aujourd'hui je vous montre deux bracelets faits grâce un tuto de Angele Procopio sur Bead and Buttons.
C'est relativement facile à faire, le plus compliqué est d'assortir les couleurs, faire en sorte qu'elles se subliment entre elles... et ça, c'est loin d'être évident.
 
On y va pour les photos ?
 
 Voici en premier le scalloped bleu, franchement terne sur la photo, en réalité il a plus d'éclats que ça... Qui a piqué le soleil ?
 
http://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/scallo10.jpg
 
 
 De plus près...
 
 http://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/scallo11.jpg
 
 
Voici maintenant la même version mais en brun...  
 
 
http://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/scallo12.jpg
 
 De plus près...
 
http://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/scallo13.jpg
 
 
 Paradoxalement, le brun a plus d'éclats sur la photo mais est nettement moins lumineux que le bleu en vrai... la preuve, le bleu a déjà trouvé acquéreur.
 
On continue notre petite promenade dans le temps ?
 
Ce livret est passionnant car je le découvre pratiquement en même temps que vous, j'ai l'impression d'être "connectée" au temps, c'est difficile à expliquer : au même titre que nous avons une communication virtuelle, j'ai l'impression qu'Elle est là avec Nous... une rencontre du troisième type en quelque sorte.
 
C'est d'autant plus fabuleux que vous participez aux impressions, vous continuez de faire vivre ses écrits...
 
 
http://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/scrap_10.jpg
 
17 Aout
Après avoir pris un repas modéré dans notre hôtel du Nord dont nous ornons de 3 ième étage, je vais avec Lucien visiter le port d’où nous avisons un petit sentier qui gravissant toute une montagne de falaise, arrive jusqu’au phare d’où l’on rentre dans la ville. De ce petit chemin où l’on se sent assez mal à son aise quand on n’est ni chèvre ni guetteur de la cathédrale, on a la plus splendide vue de mer possible, des rochers à pic qui forment des gorges toutes anguleuses et le long desquels on ne peut s’empêcher de penser à une chute
possible, des rochers hauts comme des clochers vous séparent à 40 cm d’épaisseur de la mer qui vient incessamment se plaindre à leur base de ce qu’ils la brisent trop rudement. Un vent assez violent règne toujours là, on sent sa jupe battre comme des voiles mal tendues qui vous ôtent encore un peu de votre solidité. Ces beaux spectacles là sont bien beaux, mais j’avoue qu’au moment où j’en jouis, je sens que je n’en jouis guère.
La plage est étendue comme celle de Trouville, de nombreux rochers très tourmentés qui s’avancent des deux cotés à marée basse offrent aux amateurs de bains des ??? demie vue ??? des 74 cabanes gratuites oùhttp://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/scrap_16.jpg
l’on s’habille et se déshabille en plein air. A gauche les femmes, à droite les hommes séparés par un kilomètre de distance. Les premiers avec une habileté qui fait qu’on n’aperçoit pas la moindre petit bout rosé, les autres, avec leur mépris ordinaire de la décence, ne sont préoccupés que d’éviter le plus possible les rochers qui leur font mal aux pieds de sorte qu’ils les cachent beaucoup plus qu’ils n’en sont cachés et se détachent comme le fruit de l’épine vinette se détache du buisson.
Entre ces deux catégories, les gens aisés à cabane passent et repassent dans leurs jolis costumes ruisselants d’eau conduits par les baigneuses

 qui sont faites comme de véritables bohémiennes, elles sont presque toutes vieilles et horribles. Par combien de degrés faut-il que la nature descende pour arriver de la Vénus de Médicis à de pareilles créatures, je ne sais si je dois dans ce cas la trouver riche ! De la ville, je n’ai rien à dire. Ce n’est rien moins qu’une grande rue qui descend de la falaise à la plage et qui n’offre à la vue que d’affreuses petites boutiques noires et étroites. Le marché se tient dans toute la rue, c’est à peine si l’on peut y circuler au milieu de bons paysans qui marchent sur vous sans vous voir, emportés qu’ils sont par la pente du terrain. Les femmes ont de

http://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/scrap_12.jpg
grandes mantes noires à capuchon qui doivent les étouffer.
http://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/scrap_13.jpg
A la table d’hôte, on veut nous faire connaissance avec des bigorneaux, petit coquillage noir d’où l’on retire avec une épingle un affreux petit colimaçon noir. Notre curiosité s’arrête à la coquille, retourne à la mer pauvre petit bigorneau et laisse moi t’ignorer jusqu’à mon dernier jour !!!
   
Et voilà, ce sera tout pour aujourd'hui... personnellement  j'adore l'image de la jupe qui bat au vent comme des voiles mal tendues. C'est une sensation que j'aimerai connaitre, mais malheureusement, les jupes et moi on ne se fréquente guère, et pour cause :
 
http://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/jupes_10.jpg
 
 Vous remarquerez au passage, que les costumes régionnaux changent avec le temps et les coiffes aussi !!!
 
Je vous laisse sur ce petit clin d'oeil facétieux, je vous remercie pour tous les petits cailloux que vous déposez avec tant de gentillesse, j'adore plus que tout vous lire...
 
Une petite pour la route :
 
La vie est une aventure audacieuse ou elle n'est rien.
Helen Keller.
 
   
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Véronique - dans Bijoux
commenter cet article

commentaires

chantal 12/05/2013 22:01

Voilà un agréable moment passé à vous lire toutes les 2 :)
A bientôt !

Marie-Anne 06/05/2013 23:07

Comme ils sont jolis ces bracelets et ce récit toujours aussi intéressant à lire en ta compagnie! Bises.

Farfadette 06/05/2013 12:35

Les bracelets sont super jolis.
L'écriture de ton aïeule est vraiment extra : elle m'emmène à chaque fois avec elle. Je me faisais la même réflexion pour la jupe battue aux vents (j'imagine une grande voile.. bah quoi, on est en
bord de mer). Effectivement, tu n'as pas la même façon de gravir les rochers... t'as oublié de prendre le sentier ? Mais en jupe, tu pourrais faire plaisir à Souchon... "... voir sous les jupes des
filles".
Je note que ton aïeule a une fort bonne opinion de la gente masculine. Et comme elle, je laisse les bigorneaux à la mer.
Bisous

stef qui crochète une poupée ! 05/05/2013 14:54

c'est si délicat !
j'adore !
bon dimanche

M-Christine 05/05/2013 14:05

Nous avons toujours autant de plaisir à suivre les aventures de ton arrière-grand-mère! Quel talent pour décrire ses impressions et les paysages! Merci pour ce voyage dans le temps et dans
l'espace!
Bonne fin de week-end!

Présentation

  • : Trois petits cailloux
  • Trois petits cailloux
  • : Voici ma malle aux trésors... tout ce que je sais faire, ce que je veux faire, ce que j'aimerai faire et que je ne sais pas exécuter... J'ai 53 ans, 1 mari, 3 filles, 3 gendres, et 3 petits enfants... j'habite en Savoie et j'adore les voyages. Voici en résumé mes sources d'inspiration. Soyez bienvenus chez moi... Installez vous, prenez votre temps et si la visite vous plait, n'hésitez pas à laisser une trace de votre passage.... J'adore !!!
  • Contact

Texte Libre

Trois petits cailloux alignés devant la porte attendaient mon retour.

Ils étaient les témoins du passage de mon petit fils durant mon absence.

Du haut de ses 18 mois, il signait à sa façon de son innocente empreinte.

Un petit chef d'oeuvre d'un petit bout d'homme qui m'a bouleversée de bonheur, d'amour et de gratitude.

La joie est dans les choses simples.

Ce blog sera le messager de mes petits cailloux et si vous aimez la visite, laissez votre trace en y déposant à votre tour, le votre.

Recherche

Archives

Pages