Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 20:00
Bien l'bonjour mes amies, j'espère que vous allez bien...
Bienvenue à mes nouvelles visiteuses, même si vous ne vous abonnez pas, je sais que vous venez me lire... D'ailleurs plutôt que de venir tous les 2 jours (Roxane, Danielle) , vous feriez mieux de vous abonner...  j'vous dis ça comme ça , mais c'est comme vous voulez....  
Aujourd'hui je vous montre un petit cadeau que j'ai fait à mon amie Jocelyne pour son anniversaire...
Entre nous, j'étais sûre et certaine de lui faire un cadeau hors du commun, du jamais vu... un peu vexée sur ce coup, car ça existe déjà, en version "made in China"... faut pas l'dire.
Allez, je vous montre... c'est un choix de citations et de pensées positives qui vous boostent pour la journée. J'en ai fait un élixir...
D'abord, il a fallu les moissonner... j'avais déjà un petit stock, mais il m'en manquait.... j'ai donc été sur le blog d'une scrappeuse qui a la même vision de vie que moi... vous voyez de qui je parle ? Cath Baussand, biensûr !!! j'ai remonté jusqu'au mois d' aout 2012 pour avoir suffisament de citations.. Merci Cath !!!
http://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/elixir10.jpg
 Je les ai ensuite roulées et ....  nouées.
 J'aime bien occuper mes doigts, comme ça je ne mange pas de chocolat... et je n'ai pas mangé de chocolat pendant un sacré moment !!!
http://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/elixir11.jpg
 
Et puis j'ai tout glissé dans mon pot de confiture, je l'ai scrappé et baptisé "Elixir de Vie en Rose"... Si vous trouvez un meilleur titre, je prends...http://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/elixir12.jpg
Inutile de vous dire que Jocelyne était enchantée... comme moi, elle adore toutes ces citations.
Je vous montre le couvercle, tout simple :
http://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/elixir13.jpg
Sympa, non ?
Maintenant on repart en 1867, pour celles qui nous rejoignent, je partage les écrits de mon arrière, arrière grand mère, qui a visité la Bretagne en 1867. 
Un beau voyage pour elle, un beau voyage pour nous aussi, mais dans le temps.... Aujourd'hui, nous allons au Mont Saint Michel... je me demandais pourquoi j'aimais tant ce lieu, maintenant, je sais. Je marchais dans ses pas sans le savoir, j'étais aussi dans les mêmes reflexions et tous les sites dont elle parle, j'y suis passée et je les ai photographié... plus de 140 ans après son passage.
Dingue, non ?
 
**************
17 Août
Nous partons de Granville à 2 heures et ½ toujours par le système de voiturier et nous arrivons à Avranches à 5 heures. Après avoir encore franchi 26 km d’un chemin ravissant, l’entrée à Avranches surtout ou l’on arrive en gravissant un sentier en colimaçon est des plus pitoresque.
Après nous être installés à l’hôtel de … et avoir pris un repas médiocre, nous nous lançons à tâtons à la découverte du Mont Saint Michel que l’on nous dit s’apercevoir sous la place du jardin d’horticulture.
En effet, dans le lointain je vois
http://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/scrap_18.jpg
 
 
une petite masse sombre. Je cris : « Le voilà ». On me répond que c’est un arbre, illusion de la nuit. C’était bien le Mont Saint Michel… La nuit a quelque chose de désolant quand on voudrait voir, mais quand on ne veut pas être vu, quelle précieuse chose que la nuit !!! Décidément toute chose a son avantage en ce monde.
Le lendemain matin, nous allons à la messe à 7 heures à l’église de Saint Saturnin très peu remarquable et de là, nous courons visiter le jardin d’horticulture fort joli du reste et d’où l’on découvre une étendue immense, un charmant paysage d’un coté et de l’autre une belle étendue de
 mer avec le Mont Saint Michel au milieu quoiqu’assez loin encore. Ce rocher est d’un effet magnifique.    
 18 Aout    
 Nous quittons Avranches à 8 heures pour nous rendre à Pontorson (22 kilomètres) d’où l’on nous conduira au Mont Saint Michel. Pontorson est un simple village qui n’a d’autre mérite que celui de nous mener au Mont Saint Michel. Sitot arrivés, nous remontons dans un omnibus et après 9 kilomètres dont 5 dans un sable ou les chevaux ont toutes les peines du monde à vous tirer et 4 sur la plage même, où il faut un guide pour vous conduire sans quoi vous pourriez, vous et votre voiture entrer danshttp://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/scrap_19.jpg
 

le sable un peu trop mouvant dans certains endroits pour que l’on s’en retire, on arrive au Mont Saint Michel. Rien de plus saisissant que cette hauteur, rien de plus hardi et de plus élégant que cette construction, rien de plus triste que cette mer de sable qui vous entoure.

On entre par une pente large taillée dans la roche glissante où les chevaux se prennent avec peine. Nous descendons devant une auberge et quoiqu’on soit onze heures et que nous soyons à jeun, on nous demande de visiter l’abbaye avant de déjeuner, le déjeuner n’est pas

 

prêt et à cause du retour de la mer, il nous faut repartir à 2 heures.

Ce rocher sur lequel est construit le couvent, est une petite ville où 300 personnes habitent des taudis donnant sur une rue rapide et tortueuse, on apporte tous les vivres et même l’eau douce d’Avranches et de Pontorson où l’on se rend à marée basse. Le Mont est si étroit et l’église si haute, qu’il faut se tordre le cou pour en voir le sommet d’en bas. On y monte par des escaliers de pierre fermés de petites murailles en forme de parapet au dessus desquels on embrasse la mer et les coteshttp://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/scrap_20.jpg

 
 avoisinantes. Après avoir monté une centaine de marches, nous nous trouvons à la porte du couvent habité maintenant par des frères prêcheurs qui vont en mission de tous cotés selon le besoin qu’on a d’eux.        

Ils vendent pour la reconstruction du couvent qui a besoin de grandes réparations, des petites médailles de Saint Michel, des statuettes et des photographies. On nous donne un guide pour visiter l’intérieur qui a été une maison de détention et qui a été organisé ou plutôt désorganisé pour recevoir 200 détenus.

C’est pour détruire tout cet

 

ouvrage et remettre le tout dans l’état primitif qu’on cherche à faire de l’argent. On nous fait voir la coulée de 300 pieds de haut du sommet de laquelle Barbès a tenté de s’évader en descendant au moyen de ses draps coupés et tressés en corde d’une petite cour séparée de cette coulée par une muraille de 25 mètres de haut environ. Il avait mal pris ses mesures, les draps s’étant trouvés trop courts il s’est laissé tombé de 3 mètres dans cette coulée où il espérait glisser et s’est cassé la cuisse.

Quelle affreuse idée. Il fallait être là-haut pour juger de ce que c’est que la liberté pour un homme.

http://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/scrap_21.jpg

 

 

Ce couvent est des plus curieux à visiter, il y a des salles vastes et supportées par 3 ou 5 rangs de colonnes romanes dont les chapiteaux tous différents mériteraient chacun une attention de quelques minutes.  La chapelle qui surmonte le tout est une assez grande église dont la base est romane et le sommet gothique comme dans beaucoup d’autres églises.

 

Dans un des nombreux escaliers que nous parcourons, on nous montre la pointe du rocher qui saillit à l’intérieur et qui se trouve là à sa plus grande hauteur 350 pieds au dessus du niveau de la mer.

A la porte de sortie, un bas relief représente l’apparition de Saint Michel à l’Evêque d’Avranches pour lui montrer le rocher sur lequel il devra construire. http://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/scrap_22.jpg

 

Un cloître assez large entouré de deux rangées d’élégantes petites http://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/scrap_23.jpg

 

colonnettes à chapitaux très ornés est une des jolies choses que l’on découvre dans ce vieux monastère, une large fenêtre sur le coté en vous laissant voir la mer, vous indique à quelle hauteur vous vous trouvez. C’est prodigieux. Un joli pied d’œillet qui est venu croître entre deux pierres de cette fenêtre nous fait penser à Picciola ; si la fenêtre eut pu  s’ouvrir, notre premier mouvement serait de la cueillir. Heureusement pour elle, elle est bien gardée par les verrous et les barreaux rouillés de cette vieille fenêtre. Elle mourra ou la providence l’a fait naître. C’est bien la plus heureuse destinée.

 

Nous quittons à regret le Mont Saint Michel, que de jolis croquis il y aurait eu à faire et que de sujets de reflexion entre ces vieilles pierres… une heure ou deux de repos là eussent été bien vite passé… Il faut déjeuner, insupportable exigence de la bête. Va donc à ton beefsteak et à ta sole frite et laisse moi rêver sur la pierre moussue que la foi est venue porter là il y a 600 ans pour adorer Dieu en silence comme j’aimerai le faire encore aujourd’hui au milieu de cette mer qui me menace et plus près de ce ciel qui me rassure !!!

Une haie de tamaris en fleur borde la route depuis la sortiehttp://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/scrap_24.jpg

 

de la grève, jusqu’à Pontorson haie touffue toute verte et rose à coté de sable aride, toujours des contrastes.

Nous remontons en voiture à 3 heures pour nous rendre à Dol où nous reprenons le chemin de fer sans nous arrêter. Il y a, dit-on, une jolie église à Dol. Mais elle est assez loin de la gare et nous avons peu de temps. Je me contente en attendant le train de Saint Malo de faire le portrait d’un bonnet…http://i83.servimg.com/u/f83/11/90/18/99/scrap_25.jpg

 
 
 C'est difficile de conclure derrière un texte pareil... j'espère que vous avez pris autant de plaisir que moi. 
 
Pour info, Picciola est un roman de Joseph Xavier Boniface publié en 1836, et voici ce qu'en dit wikipédia  :
 
  Le livre raconte l'histoire du comte de Charney, un ancien militaire qui a perdu toute sa confiance en l'homme et qui a été emprisonné pour avoir conspiré contre Napoléon Ier. Un jour Charney découvre une plante qui pousse entre deux pavés de sa cellule. Cette plante devient pour lui une distraction, puis une obsession, ensuite une passion et finalement elle devient un symbole de la vie et de l'amour. À travers le développement physiologique de la plante qu'il nomme Picciola, il réapprend à aimer et à apprécier la beauté à travers ce véritable exemple de l'évolution de la nature. L'image d'une faible fleur qui pousse et qui survit à l'aide des soins de Charney, dans un lieu si sinistre qu'une prison, est une image de la force de la nature et de sa persistance. Charney suit l'exemple de la fleur et cherche à enrichir son esprit et son âme au milieu des murs qui l'enferment. 
Ca sera donc la conclusion...
 
Si vous avez lu jusqu'ici, c'est que vous êtes vraiment des malades, comme moi d'ailleurs qui planche sur cet article depuis plusieurs heures, jours.  
 
Bisous à toutes et merci pour les petits cailloux que vous semez derrière vous, vous savez comme j'aime les ramasser !!!  
 
A bientôt !!!
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Véronique - dans Scrap
commenter cet article

commentaires

Farfadette 19/09/2013 18:33

je savais bien que j'en avais loupé un ! Mandieu mandieu ! que c’eût été dommage de ne pas lire ce passage que tu nous fait partager. J'ai été transportée bien loin de chez moi. Certes, à chaque
fois je voyage, mais là, un peu plus encore. J'aime particulièrement l'ante-pénultième paragraphe.
Et je vois que les voyages organisés sont similaires, quelle que soit l'époque : vite vite vite !
Quant à ton cadeau : une superbe attention, autant dans le fond que dans la forme.
Bises

laurence guevel 29/08/2013 16:19

il est ravissant ce pot j'adore
bises

vero74 23/08/2013 21:56

mais c'est trop génial cette biographie...j'adore .quel trésor..;et ton pot..un vrai délice.je suis fan de l'idée!que du travail!!!bisous

Main verte (I'm back) 30/07/2013 17:32

Comme c'est bien écrit ! C'est émouvant aussi de savoir que c'est ton ancêtre qui a écrit tout cela. C'est une chance de savoir ce qu'elle a pensé.
Bonne journée !

Bellule 30/07/2013 08:31

Enfin, je prends le temps de m'installer et de profiter pleinement du récit de ton aïeule. A chaque fois je suis transportée et j'admire ses croquis, quelle femme tout même !

Ton cadeau pour ton amie est tout simplement superbe, j'aime beaucoup l'idée de piocher des pensées positives.

Bises.

Présentation

  • : Trois petits cailloux
  • Trois petits cailloux
  • : Voici ma malle aux trésors... tout ce que je sais faire, ce que je veux faire, ce que j'aimerai faire et que je ne sais pas exécuter... J'ai 53 ans, 1 mari, 3 filles, 3 gendres, et 3 petits enfants... j'habite en Savoie et j'adore les voyages. Voici en résumé mes sources d'inspiration. Soyez bienvenus chez moi... Installez vous, prenez votre temps et si la visite vous plait, n'hésitez pas à laisser une trace de votre passage.... J'adore !!!
  • Contact

Texte Libre

Trois petits cailloux alignés devant la porte attendaient mon retour.

Ils étaient les témoins du passage de mon petit fils durant mon absence.

Du haut de ses 18 mois, il signait à sa façon de son innocente empreinte.

Un petit chef d'oeuvre d'un petit bout d'homme qui m'a bouleversée de bonheur, d'amour et de gratitude.

La joie est dans les choses simples.

Ce blog sera le messager de mes petits cailloux et si vous aimez la visite, laissez votre trace en y déposant à votre tour, le votre.

Recherche

Archives

Pages