Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 07:00

Bonjour les amies...

 

Aujourd'hui, je vous montre le calendrier de l'Avent fait pour mon petit fils, Théo fin novembre.

 

D'une simplicité enfantine qui me correspond tout à fait, et avec un effet assez sympa.

 

L'idée principale était surtout de faire du "jamais vu"... j'adore créer, j'adore inover, et j'adore surtout relever des défis-création. C'était donc le cas.

 

J'ai tout d'abord préparé 24 petites boules transparentes en les remplissant de bonbons et d'un bout de guirlande de Noël de 10 cm. Les boules ont ainsi toutes le même fond coloré... (rouge et or pour l'exemple).

 

 

J'ai ensuite noué une grosse corde tous les 15 cm de 24 noeuds. Ces noeuds ont servi d'ancrage à mes 24 boules transparentes fermées et attachées grâce à un ruban de couleur rouge.

 

 

J'ai attaché de ci de là sur la corde, les mêmes bouts de guirlandes qui ornent les boules sans pour autant "charger" la corde et la dénaturer.

 

 

Et voilà, le tour est joué. Vous aimez ?

 

       

 Suspendu devant les rideaux, c'est du plus bel effet, mais ça complique pour la photo... Durée de réalisation : 1 heure guère plus.

 

****************************

 

Maintenant, chose promise, chose due : je vous emmène dans la magie du Scrap Back 1867...

 

Je vous montre d'abord la couverture de mon petit carnet, si vous voyiez le nombre de pages remplies, la densité du texte, c'est à vous couper le souffle.

 

Pour celles qui arrivent, au cours de l'année 2013, je vous ferai découvrir les écrits laissés par mon arrière arrière grand mère lors d'un voyage en Bretagne en 1867... les écrits, les impressions, mais aussi les esquisses, et les croquis. Magie garantie !!!

 

Décalage aussi, d'ailleurs....

 

 

 

 

  

Voyage

en

Bretagne

Du 12 au 29 août

1867

 

   Je n'ai pas réussi à déchiffrer le petit gribouilli en haut de la page, à droite.... il doit bien signifier quelque chose...

 

 

 

Je n’ai jamais désiré connaître que deux pays : l’Angleterre et la Bretagne.

Le premier de mes désir a été pleinement satisfait en 1862 : je garde de mon voyage à Greenwich le plus charmant souvenir. Souvenir d’autant plus charmant qu’à part une détestable nuit passée dans un hotel de Boulogne, aucun des ennuis attachés aux voyages n’est venu les ternir. Vingt et quelques visites à Londres et à l’expédition toutes plus intéressantes les unes que les autres, aimable hospitalité de nos voisins et séjour plein d’attrait chez de bonnes amies à Greenwich.

J’aime l’Angleterre.

 

 

 

 

Restait le voyage de Bretagne après bien des projets renversés, la joie causée par la réussite de notre premier bachelier, enlève la question et malgré la crainte de 3 semaines de fatigue pour quelques doutes auxquels le repos est une nécessité presque absolue, on se décide à risquer l’entreprise.

Lesquelles personnes se livrent au hasard des chemins de fer, des bateaux à vapeur, des petites voitures, des nuits sans sommeil aux repas manqués, de la chaleur habituelle au mois d’aout pour voir cette vieille Armorique déjà trop rajeunie et qui ne sera

 

bientôt plus qu’une tradition. Connaitre une belle chose ne vaut pas de risquer une santé, un accident grave ou quelqu’ autres grand souci. Rien n’est certain en ce monde, mais quelque fois une entreprise réussit, tout voyage ne fait pas naufrage, on peut donc espérer.

Et c’est ainsi qu’en se fiant à la grâce de Dieu et à la Sainte Protection de Notre Dame, on quitte le nid béni que les épreuves ont sanctifié en pensant au plaisir du retour et à tous les souvenirs qui charmeront plus tard les moments de solitude.

 

 

 

 

 

Nous ne sommes plus au temps ou la circulation était difficile, non contents de vous offrir toutes espèces de voies de communications, les chemins de fer vous présentent encore les moyens de voyager à prix réduits, des billets d’excursion vous traçant un itinéraire plein d’attraits, vous décident par un bénéfice réel à faire moitié plus de chemin que vous ne compteriez. Cette espèce d’économie pour le voyageur et la perte pour la compagnie n’est que fictive en résumé c’est la compagnie qui y gagne

 

et le voyageur qui y perd, mais il y a des pièges si doux que l’on s’y laisse prendre sans s’en douter, pourvu que tout le monde soit content, c’est le point essentiel dans un marché.

C’est donc le billet d’excursion qui a été notre fil conducteur et notre itinéraire était celui-ci :

 

Paris-Evreux-Caen-Bayeux-Cherbourg-Saint-lo-Coutances-Granville-Avranches-Saint-Malo-Rennes-Saint-Brieuc-Morlaix-Brest-Chateaulin-Quinper-Lorient-Auray-Sainte-Anne-Redon-Vitry-Le mans-Chartres.

L’espace de temps qui nous était donné était de 1 mois, mais nous ne disposions que de 18 jours… C’était un voyage à grande vitesse.

 

 

 

 

Les vacances commençaient le 9 aout et la chasse ouvrait le 1er septembre.

A coté du désir de visiter la Bretagne, il y avait le regret de ne pas visiter l’exposition.

Cette féerie du XIX siècle qui ne se verra pas deux fois, où tous les temps, tous les hommes et toutes les choses se trouvent réunis, espèce de lentille à travers laquelle on voit notre monde comme on en voit un autre dans une goutte d’eau à travers un microscope.

Pour voir les détails, il faudrait 3 mois, en trois jours on en voit assez pour savoir ce que c’est.

J’ai donc vu 3 jours ce monde plein de merveilles ou l’homme deviendrait fou de lui-même s’il ne sentait pas que ce n’est pas lui qui a fait tout cela…

 

 

Suite dans le prochain post : on part en voyage, en route pour la Bretagne ce sera notre premier jour de voyage, emmenez la clim', google map, et tom tom.... j'espère que vous serez nombreuses à vivre l'aventure... Vous aimez ?

Pour ma petite reflexion perso : j'ai tracé l'itinéraire sur google qui me dit que ça se fait en 15 heures !!! nous, on va savourer et prendre notre temps.

 

A la semaine prochaine....

 

A quoi bon voyager si tu t'emmènes avec toi ?

C'est d'âme qu'il faut changer, non de climat.

Sénèque

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Farfadette 18/01/2013 19:55

Un bien beau calendrier de l'avent, fort original ! Bravo.

Quant aux écrits de ton aïeule... que dire ? Merci du partage. merci de prendre le temps de réécrire pour notre plus grand plaisir. Un voyage dans un monde qui a tant changé. Les mots coulent. Le
style est vif. Le regard pertinent. Un régal.

Marie-Anne 17/01/2013 11:34

Tout d'abord, bravo pour ta belle idée de calendrier de l'Avent, j'adore!
Quant aux écrits de ton arrière-arrière grand-mère, je trouve cela passionant! Tu peux être certaine que je vais suivre ce périple sans en perdre une miette.....d'autant plus que je vis en
Bretagne!!
Ces écrits sont de véritables trésors. J'en possède un qui est beaucoup plus récent (1944) mais qui compte énormément pour moi : il a été écrit par mon grand-père qui était venu vivre avec ses 2
filles (ma mère et ma tante) dont les maris étaient prisonniers en Allemagne.....et c'était à 15km des côtes qui furent celle du débarquement. Mon grand-père écrivait tous les jours (pas de
portables à l'époque!!) à ma grand-mère, restée au Havre car elle était instututrice. Bien sûr, dès le 6 juin 44, la poste a cessé de fonctionner et mon grand-père a continué à écrire ses lettres
sur un cahier : il y décrit leur vie pendant ces semaines : les évènements historiques qui se déroulent (ils sont en plein dans la tourmente) et en même temps leur vie quotidienne et ses terribles
difficultés.
Je vais attendre ton prochain post avec impatience!! Bises.

17/01/2013 13:54



Bonjour Marie Anne, merci pour ton commentaire et pour être franche, te sachant Bretonne, je t'attendais... Je suis très touchée par le témoignage de ton grand-père, la guerre n'a pas été une
période sympa pour les Européens et Français de toutes régions.


J'habite en Savoie mais une branche de ma famille est d'origine Lorraine, mon arrière grand mère Allemande, mon grand père a choisi de combattre du coté Français, son frère était lui
Allemand... ainsi les deux frères combattaient l'un contre l'autre... chaque région a malheureusement sa guerre en"couleur" locale.


Concernant les écris... un jour, je déménageais la maison de ma grand-mère et j'ai eu dans les mains une enveloppe bleue cachetée de 1917, une écriture d'enfant, et l'enveloppe n'était même pas
ouverte... l'adresse, un "truc" militaire; visiblement c'était un enfant qui écrivait à son père et en travers l'adresse, en lettre majuscule rouge : MORT AU COMBAT.


Tu n'as pas idée de l'émotion qu'elle véhiculait... je n'ai jamais osé ouvrir cette enveloppe, je n'ai pas voulu la garder car elle symbolisait le chagrin d'un enfant et celui de sa mère.
L'enveloppe est retournée dans sa malle, pour les générations futures. Aujourd'hui rien que d'en parler, j'ai le coeur dans un étau.


Bon, le voyage que je propose est plus gai, heureusement. Je te donne rendez vous demain pour le prochain post. Bisous. Merci encore d'être passée...



Pimprenelle 11/01/2013 22:11

J'aime beaucoup ce calendrier de l'Avent très original et décoratif !
Cela doit être étrange de lire les impressions de son aïeule ! C'est une chance que je n'ai pas ! Je te suis dans cette aventure !
Bises

Bellule 11/01/2013 21:22

Ta guirlande de l'avent allie l'originalité à la beauté. Je pense que ton p'tit-fils aura lui apprécié d'aller chercher les chocolats cachés dedans ;)

C'est délice que j'ai lu les premiers passages du voyage en Bretagne de ton aïeule. Les phrases coulent, les mots se glissent en nous avec une grande facilité,j'admire l'aisance avec laquelle ton
arrière-arrière-grand-mère s'exprime et le regard quelle porte sur le monde qui est le sien, 100 ans avant ma naissance, me fascine.
J'ai hâte de lire la suite comme tu t'en doutes.
Bises.

Valou 11/01/2013 20:34

Ce calendrier de l'avent est vraiment très joli et tellement original ! Quant à la transcription du journal de bord de ton aïeule, je suis béate d'admiration pour plusieurs raisons. Tout d'abord,
félicitations d'avoir eu le courage de le réécrire. Ensuite quel talent d'écriture pour l'époque car tout le monde n'avait pas la chance d'avoir cette éducation (je sais maintenant de qui tu tiens
cette facilité à jongler avec les mots !!). Et je trouve que c'est très généreux de partager avec nous cet héritage sans prix mais avec tellement de valeur. Quelle bonne idée de nous faire partager
ce voyage d'un autre temps. Il n'y avait que toi qui pouvait nous faire vivre cela. Merci beaucoup. Je t'embrasse bien fort

14/01/2013 09:01



J'adore les commentaires que tu prends le temps de laisser, ma Valou. Merci pour les compliments, d'où elle est, elle les reçoit.


Je partage cette expérience car elle répond complètement à ma vision du scrap : laisser l'émotion et le partage avec les générations présentes et futures. Pour ce coup, mon aïeule a bien réussi.


Gros bisous.



Présentation

  • : Trois petits cailloux
  • Trois petits cailloux
  • : Voici ma malle aux trésors... tout ce que je sais faire, ce que je veux faire, ce que j'aimerai faire et que je ne sais pas exécuter... J'ai 53 ans, 1 mari, 3 filles, 3 gendres, et 3 petits enfants... j'habite en Savoie et j'adore les voyages. Voici en résumé mes sources d'inspiration. Soyez bienvenus chez moi... Installez vous, prenez votre temps et si la visite vous plait, n'hésitez pas à laisser une trace de votre passage.... J'adore !!!
  • Contact

Texte Libre

Trois petits cailloux alignés devant la porte attendaient mon retour.

Ils étaient les témoins du passage de mon petit fils durant mon absence.

Du haut de ses 18 mois, il signait à sa façon de son innocente empreinte.

Un petit chef d'oeuvre d'un petit bout d'homme qui m'a bouleversée de bonheur, d'amour et de gratitude.

La joie est dans les choses simples.

Ce blog sera le messager de mes petits cailloux et si vous aimez la visite, laissez votre trace en y déposant à votre tour, le votre.

Recherche

Archives

Pages